Des bruits de grelots.
Quand les larmes s’amarrent au port des souvenirs
Ma mémoire y tangue aux vagues des soupirs
Les embruns des regrets s’échouent là sur ma page
Et mon encre accroche quelques anciens outrages.
Quand mes pleurs font rideau sur les moments plus clairs
Mon esprit vagabonde sur les traces mouillées 
Des chagrins bien enfouis pour mieux les oublier
Et ma plume s’égare en propos doux amers.
Quand les rires s’accrochent à la queue des ballons
Pour aller explorer mes plus secrets vallons 
Les gouttes de la joie parsèment alors ma prose
Et mon sang prend alors la couleur de la rose.
Quand le plaisir m’inonde au point que je défaille
Que le désir emporte avec lui mes batailles 
Qu’il décèle sans fard la moindre de mes failles
C’est jusque dans mes vers alors que je déraille.
Quand du fond de ma gorge naissent quelques sanglots
Ou qu'émergent parfois de gais bruits de grelots
C’est toute ma carcasse qui est alors émue 
Et les mots se déversent en averse ou en crue.
Quand l’émotion gouverne, qu’elle donne le cap
La raison est en berne, elle semble un handicap
C’est le cœur et le corps qui donnent le tempo
Et guident aventureux la pointe du stylo.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com