Partir.
Je me perds volontiers en reflets irisés 
Dans le kaléidoscope où jouent mille pensées 
En prismes éclatés, sans raison affichées 
En couleurs déchaînées dans des gammes volées.
Je veux tout oublier, je veux tout effacer
De tout ce qui s’y était jusqu’ici imprimé 
Repartir à zéro, libéré des fardeaux
Avec un coeur tout neuf aussi clair que de l’eau.
Je me fond à plaisir en tortueux méandres 
Où nulle direction n’est à suivre où à prendre
Je me rends dans des mondes où il n’y a pas de cartes
Où il n’est nul chemin pour dire qu’on s’écarte.
Je veux bien tout gommer de ces choses apprises
Je ne veux plus jamais que quelqu’un me dégrise 
Vers un monde nouveau, l’ancien je le méprise 
Je m’en vais repartir ma décision est prise.
Je me laisse glisser sur des ondes invisibles
Au gré de ces courants aux ailes si sensibles
Je me laisse entraîner par ces flux aériens 
Et surtout je ne pense, je ne pense à rien
Je voudrai tout nier du monde d’où je viens
Alors que tout mon être pourtant toujours y tient
Mais cela me fait mal de voir ce qu’il devient
J’aimerai en partir mais trop forts sont mes liens.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com