Les bruits de la nature.
Entendez le murmure qui vibre autour de vous
Dans les cris des oiseaux, dans les sources d’eau claire
Entendez la nature comme son chant est doux
Vibrez à l’unisson des mélopées de l’air.
Écoutez aussi bien tous ses cris de colère 
Tous ceux que font sonner ses tremblements de terre 
Ceux qui résonnent aussi dans ses coups de tonnerre
Ceux qu’elle nous envoie à travers ses éclairs.
Tendez bien votre oreille sur le bourdonnement
Intense et tranquille d’une ruche au printemps
De la chatte aussi le rauque miaulement
Lorsqu’elle appelle à elle, ses chatons turbulents.
Comprenez ce volcan qui vient cracher sa lave
Il gronde, il répand ses coulées comme bave
Nous montre-y-il alors comme en représailles 
Son profond désaccord avec notre pagaille.
Sentez comme la pluie qui frappe au carreau 
Émet un air joyeux pour le champ assoiffé 
Oyez le lent ressac des vagues au bord de l’eau
Avec ce tempo qui peut vous envoûter.
Quant à ces hurlements que poussent les tempêtes 
Et ces gémissements des forêts qu’on abat
Et tous ces grondements, quand on ne les respecte
Des océans, des mers, encombrées de crachats.
Si vous tendez l’oreille, écoutez bien ces bruits
Vous comprendrez très vite tout ce que l’on détruit 
Les murmures se taisent, les chants se font plus rares
Tandis que plus nombreux, ce n’est pas par hasard
S’entendent chaque jour, tant de coups de tonnerre 
Si nous n’avons compris, ce sont ceux de la terre,
Qui nous met tous en garde de craindre ses colères 
De cesser de répandre ainsi tant de misères.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com