13 mai 2018

Le ruban de satin

Le ruban de satin. Il est venu un beau matin  Il avait le type latin Il tenait fort dedans sa main Un joli ruban de satin D’un bleu acier est son regard De ses sourires il est avare Il semble avoir le cafard Il n’est pas non plus très bavard Il s’est assis à notre table Ses habits étaient eux minables Il n’était pas vraiment aimable Mais il semblait assez capable. On lui a ouvert notre espace A cet homme muet qui passe On lui a donc fait une place Le temps que les choses se tassent. Au fil des jours il... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mai 2018

Plaie d’argent

  Plaie d’argent Si plaie d’argent n’est pas mortelle Nombreux pourtant sont ceux qui mènent  Des batailles assez cruelles Pour en éprouver de la haine. Autrefois seul coulait le sang Mais à présent c’est bien l’argent Celui qui rend bien plus puissant Sans lequel on est indigent. Tant qu’il coule de compte à compte Que fonctionne encore la pompe Celle sur laquelle on compte On vit parfois en grandes pompes, Mais lorsqu’il vient à se tarir  Que ce compte on ne peut nourrir Sachez qu’on peut même... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2018

Je souris

Je souris Je souris à la vue de ces enfants qui jouent Une larme de joie roule alors sur ma joue C’est la vie devant moi, qui ardente turbule C’est la sève nouvelle, un tourbillon de bulles. Je souris à l’envol de ces deux libellules Qui sur l’eau du marais se heurtent et se bousculent C’est la vie devant moi, dans ses jeux de bascule La brève envolée, avant la canicule. Je souris à celle qui partage mes jours  C’est la moindre des choses, à offrir en retour À celle qui me donne, bien la meilleure part De ce que... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2018

Tout en noir

Tout en noir Une ombre au tableau Ni trêve, ni bon mot La mort à tous propos Ni sursis, ni repos. Tragique destinée  C’est pour ça qu’on est né ? Passeront les années  Les remords et regrets. Absolu désespoir  Quand autour tout est noir Dérisoire la gloire Tout finit un beau soir. Une vie trop bancale Envolé l’idéal Pas invité au bal Une fin si banale. Aventure à maudire  Pas de bon mais le pire Que pourrais-je en dire Il n’y a pas de quoi rire. C’est cela la déprime  Le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2018

Son nom : Maurane

  Son nom : Maurane. Sa voix douce et grave, envoûtante nous charme Ses accents veloutés, nous distillent des drames Aux touches nostalgiques, vibrent tous ses héros  Que nous aimons si fort, comme elle Nougaro. Pour son dernier voyage, un prélude de Bach Pour lui dire au revoir, devant son dernier bac Elle qui sait déjà, que l’Paradis c’est l’enfer Qui aimait du décor, tant connaître l’envers. Tous au clair de sa plume, si aujourd’hui on pleure Ami ou ennemi, elle nous fait une place Pour chanter tous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2018

De saison

De saison. En lune descendante, au printemps entendu Un peu longue est l’attente, le moment est venu De planter la patate, à présent bien germée  Et si le temps se gâte, il faudra te presser. Travaille bien la terre, qu’elle soit meuble à souhait Creuse y quelques trous, qu’ils soient bien espacés  Puis au fond place y, de l’engrais organique De la cendre un peu, de la poudre magique. Très délicatement, pose au fond chaque plant Rabat alors la terre, pour enfouir le trésor  Car un pied bien nourri, si... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mai 2018

Des esprits polissons

Des esprits polissons. On en connaît beaucoup, de ces fiers bateleurs Camelots très bavards, furieux batteurs d’estrade  Moi je n’en connais qu’un, qui soit si plein d’ardeur Dont le trait de crayon en dit long camarade ! Il nous dit travailler, le moral des méninges A coup sûr je le crois, quand il lave nos linges Les dessous peu glorieux, de notre société  Voyez combien impitoyable, il sait bien les plumer. Cinquante ans de nos vies, en quelques albums brossés  Des milliers de dessins qui ne sont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2018

Ton bel amant

  Ton bel amant. J’aimerais la croquer toujours avidement Encore faudrait-il que j’ai toutes mes dents J’aimerais l’éprouver combien intensément  Ai-je bien l’innocence des premiers sentiments ? J’aimerais découvrir tant de nouvelles choses Mais mes yeux fatigués gardent paupières closes Je voudrais l’enchanter de bien d’autres manières  Mais mes rêves éveillés ont perdu leurs lumières. J’espérais qu’elle serait jusqu’au bout magnifique Mais mon corps décrépit, me la joue en sourdine Je voulais pour... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2018

Furtifs

Furtifs. Un froissement de plumes, des ombres fugitives Un envol de moineaux, comme un jet de salive Essaim effarouché, de vies toujours furtives Aux aguets sans répit, c’est ainsi qu’ils survivent. A peine se poser, vite se déplacer Une vie de moineau ou d’humble passereau Ne pas offrir de cible, faire de petits sauts S’envoler à nouveau, et cela sans cesser. D’un œil vif et mobile, repérer une graine D’un coup de bec précis, le saisir pour sa peine Guetter les mouvements, ou la moindre menace D’un bref mouvement... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2018

Bougresse

Bougresse. Elle m’a pris dans ses bras, sans que j’y prenne garde Je suis dans l’embarras, puisqu’elle s’y hasarde Je suis dans de beaux draps, depuis qu’elle me regarde Je mets des sparadraps, sur mes pensées hagardes. Pourtant elle s’obstine, à vouloir m’embrasser  Je mets bien des rustines, mais j’y suis empêtré  Je sais qu’elle m’assassine, elle n’est pas pressée Ma vie elle butine, à petites bouchées. C’est subrepticement, qu’elle s’est insinuée  Je ne sais pas vraiment quand elle a commencé  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]