Asynchrones.
Je n’hésite à dire je t’aime
Toi tu préfères les poèmes 
J’entends les élans de la chair
Toi tu diras plutôt mon cher.
Si cœurs et corps dans ce quadrille
Ne suivent pas la même grille
Ne brodent pas le même thème 
La fin sera toujours la même.
Si entre nous, il n’est d’éclair 
L’amour n’est plus, cela est clair.
Pierre-Jean BOUTET