Comment puis je le taire ?
Et s’il fallait me taire, ne le dis pas ma mie
Pour toi j’ai tant souffert, qu’à présent j’ai compris
Que ne suffisent pas les mots, même d’amour
Que ce n’est pas ainsi, qu’il faut faire ta cour.
Lors je saurai me taire, sans taire mon amour
Lors je saurai me taire, sans attendre mon tour
Il y a fort à faire tant grouille tout autour
Ces mille prétendants comme autant de vautours.
Mais j’aurai beau me taire, toi en haut de ta tour
Tu me verras ardent, sans enchaîner de tours
Tu me sauras vaillant, même sans beaux atours
Tu me sauras patient, à guetter ton retour.
Personne ne peut taire, ce que j’ai accompli
Tout ce que j’ai pu faire, pour mériter ton lit
Suis allé en enfer aussi au paradis
Mais rien ne peut me plaire, que ta nuque arrondie.
Tomberai-je à terre, si toi tu me renies
Dans un bruit de tonnerre, en perdrai-je l’esprit
Si je pars à la guerre, ce n’est pas par ennui
Mais pour que tu sois fière de mon amour aussi.
Sais-tu qu’il n’y a guère d’amours aussi choisis 
Comme ceux qui naguère faisaient contes jolis
Alors je ne puis taire mon désir aujourd’hui
C’est celui de te plaire et que tu dises oui.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com