Parlons du temps.
Parler du temps qu’il fait, à défaut d’autre chose
S’extasier poliment sur un tapis de roses
Évoquer ces printemps qu’on connaissait hier
S’étonner de ces jours que l’on dirait d’hiver.
C’est succès à coup sûr que d’évoquer le temps
Ça n’engage à rien, lors on le fait souvent
Dans une poésie c’est pourtant surprenant
Est-ce l’inspiration qui a foutu le camp ?
Rien de ce que j’écris, vous empêche d’y croire
Sauf si vous connaissez, ma manière de voir
Combien je suis critique, de nos aveuglements
Devant ces premiers signes, de plus grands changements.
Bien sûr que les savants, se veulent plus prudents
Pour affirmer ces choses, ils ont besoin de temps
Hélas lorsqu’enfin, ils détiendront les preuves
Ça fera trop longtemps, qu’on sera dans l’épreuve.
Nous sommes à une époque, où on parle du temps 
Surtout pour regretter, le bon climat d’avant
Si cela nous rendait, enfin sages devant
Ces foutus changements, pour réagir à temps.
La neige en abondance, lendemain de printemps
Voilà nouvelle danse, comme un signe des temps 
Il est urgent je pense, d’avoir souci du temps
Peut être que bientôt, y aura plus de printemps.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com