Seul.
Partout ce faux silence, partout autour de moi
Montant jusqu’aux étoiles, indifférent à moi,
Solitude immense dans un faux paradis
Où n’est nulle parole, où personne ne dit.
Bien sûr tendant l’oreille, j’ouïs quelques bruits
A voir tant de merveilles, je suis abasourdi
Qu’importe tout cela, si seul je puis en jouir
Sans pouvoir partager, à quoi puis-je tenir ?
Je sais qu’il est des hommes, épris de solitude
Qui aiment y goûter, ce plaisir tous les jours
Ce n’est certes mon cas, car j’ai besoin d’amour
C’est bien plus fort crois-moi, qu’une simple habitude.
Ma joie ne saurait être, ni pleine ni totale
Si je ne puis aussi, en partager le sens
Je ne recherche pas, la compagne idéale 
Mais celle qui saura, vivre aussi dans ce sens.
Même un compagnon pour dire tout et rien
Être là simplement en complice, en copain
C’est déjà un bonheur et c’est vraiment très bien
Tout plutôt qu’être seul, sans autre être humain.
Je vais me réveiller de ce lourd cauchemar
Car je ne puis errer comme ça au hasard
Je vais ouvrir les yeux, pour voir une présence 
Et être soulagé de ce poids du silence.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com