Duo de plumes
La voix des sages
Il coule un ru amer, dans le fond de mon cœur,
Ce que j'aimais hier, a perdu sa saveur,
J'ai peur des lendemains, qui soudain se profilent,
Que les appels soient vains, à une vie tranquille.
On connaît trop ces jours où coule du venin
Dans nos veines gonflées par de trop lourds chagrins
Où aucune lumière ne naît pour nous guider
Sur des chemins nouveaux par l’espoir éclairés.
Comment est-il possible que s'installe la haine,
Alors que nos aînés un jour nous on laissé,
Un exemple de vie, qu'ils voulaient souveraine,
Qu'ils espéraient ainsi voir se multiplier.
On croyait en leurs temps à ces valeurs humaines
Qui liaient dans la peine, tous les hommes entre eux
Ils craignaient des hasards, les colères soudaines
Ils tenaient aux valeurs, plus qu’à leurs biens précieux.
Mais que dirai-je alors à cette descendance,
Moi qui pensais offrir ce qu'il y a de mieux,
Alors que je ne vois que la désespérance,
Qui se lit peu à peu dans le fond de leurs yeux.
Tu leur dira bien sûr qu’à eux seuls appartiennent
Ces jours qui les attendent, qu’ils peuvent être beaux
Que l’avenir dépend, de ce à quoi ils tiennent
De ce que sont leurs rêves, aussi de leurs égos.
Dieu fasse qu'ils m'entendent, enfin si Dieu il y a,
Car je ne sais qui croire qui puisse me convaincre,
Devant tant d'inquiétude alors je perds la foi,
J'espère en leur droiture, à leur rage de vaincre.
Auraient-ils d’autre choix que cette voix des sages ?
Auraient-ils entendu quelque autre message ?
Tu sais bien le secret qui est dans le partage
C’est à eux de saisir ta parole au passage.
Danièle LABRANCHE et Pierre-Jean BOUTET