Le film de sa vie
Camera de recul, zoom arrière le but
Sans même un calcul, ce depuis le début 
Un regard distancié, et sans aucun effet
Une vue d’un peu loin, pour que ce soit parfait.
Pour porter sur sa vie l’appréciation d’autrui
Il faut de la distance pour en cueillir le fruit
Il faut de la patience, plus de l’indifférence 
Pour observer sa vie et en toute conscience.
Pour être un jour cet autre, un presque étranger 
Qui seul pourra vous dire, ce qui l’a dérangé 
Dans ce parcours tranquille, et un peu trop rangé 
Où la vie a frôlé rarement le danger.
Ajuster la focale et faire un zoom avant
Sur les quelques écueils, et les plus durs moments
Examiner longtemps et objectivement 
Pour dire si alors, il se sentait vivant.
Prendre de la hauteur pour voir là tout en bas
S’agiter cet humain, voir comment il se bat
S’est-il laissé aller ? A-t-il mené combat ?
Reste-t-il immobile ou plutôt se débat ?
Se faire projeter, comme fait un jury
Le film du parcours, accompagné des bruits
Qu’elle en est la musique ? Est-ce une mélodie 
Ou plutôt un air triste et plein de nostalgie ?
Spectateur de soi-même, et critique averti
Quite à être alors, un peu introverti
Perdre un peu son souffle, dans la peur du verdict
Savoir si de sa vie, on est ou non addict.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com