29 mars 2018

Il se dit président et de tous les français

Il se dit président et de tous les français.  Il se dit éclairé, il se prétend humain Il affirme pour nous, bien préparer demain On voit bien ce qu’il donne, aux forts à pleines mains Ce qu’il consent aux faibles, on le voit beaucoup moins. Des cadeaux somptueux, il a fait aux plus riches Avec les hôpitaux, pourquoi est-ce qu’il triche Ne voit-il aux urgences, périr des malheureux Faute de ces moyens, qu’il n’y a pas pour eux. Les pauvres et les vieux, les humbles et les malades Il ne leur sert toujours, que ses... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mars 2018

À la casse...

  À la casse... Sur la ligne brisée, d’une vie qui s’éteint  Flottent encore des risées, qui n’ont connu de freins Elles ont gâché la vie, elles ont cassé les reins Du pauvre enfant vaincu, par des regards malsains. Il n’a pas eu de chance, d’être né si difforme Il n’était déjà pas un enfant dans la norme. Qu’ils peuvent être cruels, les enfants de l’école  Avec ce petit là, chez qui y a rien qui colle. Il n’était pas génial, sous cette carapace Semblait un animal, il n’avait pas sa place De plus il... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2018

Les belles vignes

  Les belles vignes. Qui ne s’est pas perdu dans les teintes violines De ses cheveux de soie, ses lèvres purpurines ? Qui ne s’est pas noyé au son des mandolines Lors qu’il avait au cœur, une humeur chagrine ? Chagrin qu’elle n’aie pas, répondu à ses lignes Dépité de comprendre, qu’il n’en était pas digne Quand un simple regard, serait honneur insigne Il pourrait sans déchoir, se contenter d’un signe. Mais la belle rouquine demeure dans les cimes Ce n’est le premier coeur, qu’ainsi elle décime  Parmi tous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2018

Les mains toujours

Les mains toujours. C’étaient de tendres mains qui caressaient ma joue Lorsque j’étais l’enfant, blotti sur ses genoux De douces mains aussi se posaient sur mon front Quand grelottant de fièvre, j’avais tous ces boutons C’étaient de chaudes mains, qui couraient sur ma peau Dans ces coquines siestes, qui n’avaient de repos Des mains très possessives, qui s’agrippaient à moi Pour me faire gémir, au creux de mes émois. C’étaient des mains solides qui soutenaient mon corps Dans ces pas hésitants, que je faisais dehors Des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2018

En plein cœur

  En plein cœur  En plein cœur une épine  Qui tue tous mes espoirs Sais-tu que me chagrine Tu ne veux plus me voir Ma vie se parchemine Comme un vieux grimoire Sais-tu combien me mine Que tu ne veuilles y croire Pense à l’aubépine Quand couchés dans le noir Faisions belle rapine De nos amours d’un soir Aujourd’hui tout tu ruines Depuis ta tour d’ivoire Tu restes l’héroïne  Absente du miroir. Pierre-Jean BOUTET cambredaze.canalblog.com
Posté par Pierre Boutet à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]