18 février 2018

Poupée brisée

  Poupée brisée  Elle va se balancer tous les soirs dans le parc Et la tête baissée elle oscille dans le noir Son corps se tend parfois comme ferait un arc Quand la douleur du manque, la met au désespoir. Elle revient ici comme une mécanique Dont les ressorts grippés, lui rejouent la musique De ces temps de bonheur, où ses cheveux volaient Tandis qu’elle souriait au garçon qui l’aimait. Pauvre poupée brisée qui survit dans ce rêve  La vieille balançoire qui gémit et soulève  Tous ses chers... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2018

L’epee De Damoclès

L’épée de Damoclès. Une grande envolée qui se perd en silence Un grand cri de fureur que personne n’entend On n’est jamais si seul qu’au cœur de ce qu’on pense On n’a jamais le cœur, quand le malheur vous prend. Où sont donc les couleurs qui se sont envolées ? La tristesse les prend, elles les a volées  Où sont passés les rires, ils se sont tous éteints L’ombre s’est abattue, effaçant tout entrain.  De la lumière à l’ombre, il suffit d’un clin d’œil Pas même une seconde pour qu’advienne le deuil De tout ce... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2018

Le pire et le bon

  Le pire et le bon Inquiète comme un oiseau, s’agitant sur sa branche Guettant autour de lui, les dangers qui menacent Aussi vive qu’une truite, remontant le courant Dont on voit par instants, les reflets vif argent, Aussi légère que grain, balloté par les vents Ou fleur de pissenlit dans les airs s’envolant Fugace comme l’est, l’hirondelle au printemps  Lorsqu’elle virevolte, dans son ballet changeant, Colorée, chamarrée comme aile de papillon Mais fragile aussi comme l’est un flocon Joyeuse et souriante,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2018

Les mots justes

Les mots justes Qui n’est pas en recherche dans tout ce qu’il écrit Du mot précis et juste, qui ira faire mouche Du rythme approprié, pour cela même il prie Pour trouver la formule qui vous parle et vous touche. Mais pour y parvenir combien d’essais ratés  De ces textes produits où on a échoué  Parfois on le sent bien, on n’en est pas très loin Mais voilà ça accroche, sans marquer tous les points. Et puis voila qu’un jour sans qu’on y prenne garde Là jaillit sous les doigts comme un petit miracle Ce n’est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]