S’émerveiller du monde.
S’émerveiller du monde, ce à chaque instant
Savourer le meilleur que m’offre le moment
Supporter sans broncher les pires épisodes 
Remercier la vie, ce quel qu’en soit le mode.
Ce rayon de soleil, qui palpite à présent 
Ce si beau paysage véritable présent 
Ce goût de mandarine, l’odeur à mes narines
Et puis l’onde marine, ta lèvre purpurine,
Ce rire éclatant, la joie infiniment
Ces pleurs à leur départ, ce coeur qui est absent
La course dans les prés, à fond bien respirer
Ce plat à savourer, cette odeur de café,
Le doux balancement au creux de ce hamac
Nos membres emmêlés en un vrai entrelacs 
Ce sommeil si paisible, ce bain dans cette crique
Et ce feu d’artifices aux lueurs magnifiques,
Ce voyage dans l’air, accroché à la voile
Le visage à la nuit, tourné vers les étoiles,
Les embruns, le ressac au bord de la falaise 
Une conversation où l’on se sent à l’aise,
S’émerveiller du monde presqu’à chaque seconde
Oublier ses côtés, tous ceux qui sont immondes
On ne peut l’apprécier, que si l’on est conscient
Le pire y peut surgir et ce à tout moment.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com