Autruches
C’est bien souvent hélas qu’on regarde ailleurs
Sous des rideaux de perles que l’on masque nos peurs 
Que l’on fait diversion à grands coups de poèmes 
Tous remplis de mon cœur, tous pétris de je t’aime.
Pourtant pendant ce temps les erreurs s’accumulent
Que l’on ne veut plus voir car c’est trop de calcul
Alors on s’étourdit de bonheurs trop faciles
Ne voulant accepter ce qui rend intranquille.
Ça ira mieux demain mais qui encore y croit ?
On nous l’a seriné, ça s’appelle l’espoir
Mais l’espoir se construit, c’est le fruit de l’effort,
Et non le résultat de nos tristes records.
Ces records de bêtise et de méchanceté 
Cette obstination à toujours répéter 
Les lâches décisions qui conduisent à l’échec 
Et à croire tous ceux qui marchent à coup de chèque.
Le totem aujourd’hui le mieux représenté
C’est celui de l’autruche ça peut vous étonner 
Regardez combien ont la tête dans le sable
Vous ne les voyez pas ? Belle question que diable !
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com