Légère 
Son humeur est verveine, son babil est léger 
Elle semble une reine, et son port est altier
Non, pas de pas qui traîne, elle semble voler
Sont envolées ses peines, mademoiselle est aimée.
Quel est donc le beau prince, tombé dans ses filets
Qui pour elle en pince, au point de se damner ?
Que ses chances sont minces, au bout de s’en tirer
Tous ceux qu’elle évince, un jour se sont tués.
Je crois qu’elle n’en a cure, elle aime être admirée 
Certes elle a belle allure, élégante elle est
Bien trop à sa lumière, viennent un jour s’y brûler 
Mademoiselle en est fière, d’être aussi adulée.
Un jour jolie princesse, tu seras trop fanée 
La beauté un jour cesse, les hommes de fasciner
Je crains que ne te blesse, cette réalité 
Tu ne seras maîtresse, seulement au passé.
Si tu veux demoiselle, au moins un en garder
Essaie d’être aussi celle, que l’on va écouter 
Et non seulement celle, qu’on aime à regarder
L’amour s’attache à celles, qui savent aussi penser.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com