18 janvier 2018

Immortel

  Immortel ? S’arracher à sa chair, pour n’être plus qu’esprit La folie qu’est cela, car ce n’est pas la vie Le plaisir, l’émotion qui en font seuls le sel Que peut donc en savoir un esprit immortel ? Une simple pensée de nature éthérée  Juste quelques idées par raison combinées ? À moins qu’elle ne trouve, dans d’autres dimensions D’autres sens plus subtils dont ne connais le nom ? S’il s’agit de mon âme, de ce qui en tient lieu Je ne sais d’autre nom, âme à défaut de mieux, Elle n’a d’autre existence, ni... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2018

Musique

  Musique La poésie n’est rien que beaucoup imaginent Elle peut être tout, aérienne ou divine Elle peut dire tout, le bien comme le crime Elle prend toute forme, comme ferait un mime. Certains la voudrait belle, sans ses taches de sang D’autres l’aiment trop pure et la veule innocente Tant ne voudraient y lire que des choses décentes  Ceux là n’ont pas compris, quel en est le vrai sens. La poésie, toujours, est d’abord émotion,  A travers des images, et à travers des sons Pour aller remuer tout ce qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2018

Le ban du banc

  Le ban du banc Posé dans des endroits, au bord de quelque route Au détour de sentiers, en haut d’une redoute À l’ombre protectrice d’un arbre, contre un mur Sur le trottoir des villes, ou en pleine nature, Tu attends sous la pluie, le vent, même la grêle  Sous le soleil d’été, sous des couches de neige Quelqu’un qui viendra bien, répondre à ton appel S’asseoir pour un moment, le temps que tout s’apaise Qu’un musicien y cherche quelque nouvel arpège  Ou qu’un couple d’amant se pose et s’y baise Qu’un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2018

Ma poésie

  Ma poésie  Je la rêve très forte, je la voudrai sonore Comme font en sortant de la Boîte à Pandore Tous les malheurs du monde pour y faire écho  Autant que les trompettes, le firent à Jericho, Je l’aimerai plus douce, je la voudrai câline Autant que sont parfois paroles sibyllines Lorsqu’elles vous transportent sur l’air des mandolines Vers des palais d’orient aux couleurs opalines. Je l’imagine aussi pourquoi pas inspirée  Par quelque muse fière de se voir écoutée  Pleines de sentiments... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2018

Engagements

  Engagements Je me suis engagé tout au long de ma vie Dans maints combats alors que je pensais utiles Au bout de ces années mais qu’en donc reste-t-il ? Les efforts que j’ai faits, ne sont-ils pas futiles ? Ce qui importe dit-on ce n’est pas tant le but Que le chemin qu’on suit, les obstacles, les chutes Si je m’en tiens à ça, je ne regrette rien Déjà pour les amis et la force des liens. Sur tout ça le temps passe, il reste peu de traces  Si ce n’est dans nos coeurs, en émotions tenaces Tous nos faits et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2018

Fleurs langages

  Fleurs langages Les clochettes ne tintent, sur les brins de muguet Pourtant elles nous chantent, que le printemps est gai Et tout ce blanc qui nargue, l’hiver qui est passé  Est comme une promesse, de tout recommencer. Les soleils point ne brûlent, en haut des tournesols Qui s’élèvent si haut dans les champs, loin du sol Pourtant ils nous annoncent que chaud sera l’été  Ils sont une avant garde, de toute sa beauté. Ils sont de vrais joyaux, les plus beaux ne nos lys Et fort les admirer, reste un doux... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2018

Promenade avec Charles

Promenade avec Charles C’était de bon matin et j’allais prendre l’air Quand me vint à l’esprit des vers de Beaudelaire « Le Poète est semblable au prince des nuées  Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;Exilé sur le sol au milieu des huées,Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. » Pourtant je ne sentais aucune gêne atroce Ne me trainant à terre comme fait l’albatros Je me sentais plutôt léger et aérien  Comme se doit de l’être chaque jour un zinzin. Je poursuivis ma route, quand même tracassé ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2018

Ton nom

  Ton nom Si l’on voulait encore étouffer tous tes cris Si on voulait de toi qu’il n’y ait que débris  C’est le souffle des hommes qui redonnera vie À la chanson d’espoir, dont tu es l’égérie  Toi qu’on trouve partout là, tout au cœur des hommes Où brille une étincelle, comme un feu qui frissonne Qui va du coeur aux lèvres, pour que tous ils l’entonnent Ce chant qui dans l’histoire, à chaque fois résonne. Tu revêts bien des formes, un drapeau, un visage Ou gravé sur un mur, ton éternel message C’est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2018

Imaginaires

Imaginaires Là était un grand champ, planté de cerisiers J’aimais bien m’y rouler à la fin du printemps Dans ces tapis de fleurs dont il était jonché  Respirant à plein nez leur parfum enivrant, Pour le petit garçon mais presque adolescent Ça parlait du Japon et des mythes d’Orient J’étais Marco Polo prisonnier du grand Khan J’étais un samouraï, au grand sabre brillant. Je courais dans les dunes sur le sable brûlant  Qui me fouettait la peau quand fort soufflait le vent Je mettais un mouchoir pour me couvrir... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2018

Mon plus beau souvenir

mon plus beau souvenir Soudain le froid m’a pris, là où était ta main Là où tu la posais, d’un geste amical D’un geste doux et tendre, d’un geste si banal Qui me manque à présent, maintenant que tu es loin. Je ressens ton absence, ce vide douloureux Où brûlait comme un feu, le regard de tes yeux  Je mesure à peine combien j’étais heureux Quand tu étais la reine alors de tous nos jeux. Quand je ferme les yeux c’est pour mieux te revoir Lorsque tu me parlais, de tes plus chers espoirs De partir à La ville où tes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]