29 janvier 2018

Pas à pas

Pas à pas. Doucement pas à pas, tu feras ton approche  En t’assurant surtout, qu’il n’y ait rien qui accroche Sauf bien sûr ton sourire pour réveiller le sien Et si tu la fais rire, tu es sûr un bon chemin. On t’a peut être dit, de faire le premier pas Prends bien garde alors, et ne t’y trompe pas C’est elle qui décide et si elle le dit pas Par un mot, un sourire, toi ne t’y risques pas. Sois un peu plus subtil, un peu plus délicat  Sinon sache le bien, tu aggraves ton cas, Car la persévérance, la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 janvier 2018

Au paradis

Au paradis Sans aucun préjudice, elle me mît au supplice Par mille artifices, elle n’était que délices  Oh combien son calice, était chaud, était lisse Et moi j’étais complice, sans aucune malice. Pour mon plus grand bonheur, elle le fit sans heurt Avec beaucoup de coeur, elle y mit de l’ardeur C’est pendant bien une heure que goûtais sa chaleur Et sa bouche en pleurs, effaça bien mes peurs. Était-ce de l’amour, la question de toujours C’était chaud comme un four, j’y fis lors plusieurs tours Comment donc n’être... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 janvier 2018

Tellement de questions...

  Tellement de questions.... Tellement de questions pour tant de découvertes  Pourtant si peu de temps où la porte est ouverte Nous n’avons de la vie que de brèves impressions Avant de disparaître dans un néant sans fond. Tellement de beautés et de plaisirs fugaces Avant que de partir et de laisser la place Nous n’avons d’expériences, que courtes sensations Avant de nous dissoudre, dans ce qui n’a de nom. Tellement de violences, laideurs et cruautés  Bien plus qu’en méritons, nous tous en vérité  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 janvier 2018

Combien elle fut douce

  Combien elle fut douce. Au milieu des genêts, je vivais mes printemps Je cueillais dans les bois des asperges sauvages Je trouvais dans les livres, dans leurs milliers de page  Bien d’autres aventures et bien d’autres images, Je n’avais pas conscience de cette liberté  Dont alors je jouissais en toute innocence C’est sans doute cela, le cadeau de l’enfance Vivre sans la connaître cette pure insouciance. Je jouais dans la cour, serrant mon sac de billes Plus soucieux je l’avoue, de gagner que de filles... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]