Vingt six.
Vingt six petites lettres, qui n’ont seules grand sens
Vingt six signes étranges, porteurs de tous les sens
C’est de notre écriture le cœur et la substance
C’est de notre culture, l’outil comme l’essence.
Tout ce que je reçois, je connais, je comprends
Même des émotions, comme des sentiments
Tout ce que je transmets, en un mot comme en cent
C’est à travers des lettres, ces simples instruments.
Je sais on me dira, mais on fera comment ?
Qu’il existe des gestes, des regards, des moments
Où l’on peut se comprendre, sans besoin d’aucun mot
J’en conviens aisément, mais ce n’est mon propos.
Car dans toute culture ou civilisation
Ce qui nous en parvient, c’est de l’information
Les objets, constructions, bien sûr les inscriptions
C’est en mots in fine, que nous les traduisons.
Vingt six petites lettres, pour décrire le monde
Vingt six dessins c’est tout, quelle invention féconde 
Les pensées qu’elles soient, stupides ou géniales
Trouvent à s’exprimer, par ce simple canal.
Je ne m’en lasse pas, que de m’émerveiller
Chaque jour qui se passe, penché sur mon clavier
De voir cette magie puissamment opérer, 
Parlant au monde entier, pour dire ce qui me plaît.
Je sais bien qu’il existe mille autres langages
Que notre humanité en a plein ses bagages 
Qu’il en existe même qui sont plus à la page
De zéro et de un, ils font tous les messages,
Mais j’ai un petit faible pour ces lettres en fait
Comme pour cette langue que l’on nomme français 
Car en plus d’être belle, elle est sans pareille
Une vraie poésie qui chante à mes oreilles.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com