Crainte respectueuse.
 
Qui donc n’a éprouvé d’admiration muette
Crainte respectueuse, sentiment mélangé 
Devant une cascade, pleine d’eau déchaînée 
Ou devant un volcan, au cratère éventré ?
 
Devant une tempête, aux vagues taille monstre
Où les eaux déversées, par l’orage en colère 
Ou la terre qui tremble, les maisons écroulées 
Devant ces incendies qui peuvent tout brûler,
 
Devant ces sécheresses, qui appellent la soif
Devant ces vents terribles, qui les forêts décoiffent
Devant ces tsunamis, qui les terres ravagent
Devant tous ces cyclones, plein de force et de rage ?
 
Vois ces temps sont venus, annonciateurs du pire
Vois tu ces phénomènes, ils sont ton avenir
Toi tu les vois de loin sur tes écrans à rêve 
Sans bien réaliser que tant d’autres en crèvent.
 
Si tu vis dans l’instant, si tu renies l’histoire
Tu n’accordes attention, depuis ta tour d’ivoire
Tu ne vois que le temps accélère sa course
Mais loin est la banquise où sont mortes les ourses.
 
Regarde autour de toi s’il est encore temps 
La nature splendide aux couleurs du printemps
Elle sait bien souvent être belle et paisible
Que tout ça disparaisse hélas c’est bien possible.
 
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com