Avare de mots rares.
Ma poésie c’est vrai n’use que de mots simples
Le langage usuel a de charmes assez
Et il n’est point besoin d’aller sur un Olympe
Pour y chercher des choses dont on peut se passer.
J’avoue je suis avare, de ces mots qu’on dit rares
Ne serait-ce barbare d’en être trop bavard
Quand beaucoup de mes pairs en parsèment leurs vers
J’évite d’en user pour moi tout au contraire.
Pourtant je les connais et ils ont des vertus
Comme de nous plonger souvent dans l’inconnu
Au risque que de perdre en route le lecteur
Au fond des dictionnaires où il joue les chercheurs.
Peut être qu’un beau jour un bel ornithorynque 
Viendra vous visiter parmi les coloquintes 
En ces temps de froidure, le pays niveal 
N’est pas pour l’animal le moment idéal 
Que ferait-il d’ailleurs des glaces adamantines
Avec son beau pelage aux reflets de lustrine
Le coquin on le sait n’est pas un agoniste
Il trouve ça étrange qu’on le suive et le piste.
Je pourrai vous compter des histoires absconses 
Mais cela ne me dit et sachez j’y renonce
Je préfère évoquer les choses de la vie
C’est assez compliqué, c’est moi qui vous le dit.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com