Montagnes russes
Par des hauts et des bas, comme montagnes russes
On passe dans la vie quelles que soient nos ruses
Nous sommes des jouets qui croient pouvoir jouer
Nous sommes ballotés, c’est notre destinée.
Pourtant parfois on croit que l’on tient les leviers
Que l’on peut décider ce qui va arriver
Lors on se sent puissant, invincible et fort
Mais c’est une illusion, une illusion encore.
Quand c’est au fond d’un trou qu’on se sent impuissant
Qu’on sent le désespoir qui nous gâte les sangs
On attend impatient que s’ouvrent les nuages
On guette tout le temps, le moindre des présages.
De tous temps il y a eu, ceux qui s’y abandonnent
À ce sort réservé à la plupart des hommes 
Et puis il y a ceux qui luttent malgré tout
Qui se battront toujours pour aller jusqu’au bout.
Le sage vous dira que si la vie commande
Il ne faut se plier à toutes ses demandes
Il convient d’accepter sa part de désespoir 
Mais au nom des valeurs, il ne faut pas déchoir.
C’est bien l’honneur de l’homme de ne pas accepter 
Que tout soit bien joué et ce quoi qu’il ait fait
Si la fin du parcours est pour chacun la même 
Il n’en est pas de même, de la vie que l’on mène.
Pierre-Jean BOUTET