Les grandes boustifailles.
Voyez tous ces étals riches de victuailles
Débordant, offerts pour grandes boustifailles
Comme si la famine avait longtemps sévit 
Qu’il fallait nous goinfrer à l’instant, à l’envie.
Oubliés les slogans répétés dans l’année 
Évitez le trop gras, trop salé, trop sucré 
Modérez vos portions, ne mangez que du sain
Attention aux excès, faut vous faire un dessin ?
C’est la course sans faim aux plus rares des mets
Dont il faut les repas au maxi surcharger 
Je n’en ferai la liste car vous la connaissez
Déjà pour nos grand mères, bien la même c’était.
On dit la tradition, mais elle a bon dos
C’est celle des marchands, sinon des camelots
Vendre un maximum pour toucher le gros lot
Tant pis pour l’estomac, s’il part à veau l’eau.
Je n’y échappe pas à ces débordements
Comment faire la fête sans ces repas géants ?
Tout au plus je les trouve pour ma part indécents 
Mais j’ai tort pour les autres et ce à cent pour cent.
D’ailleurs je reconnais que j’y succombe aussi
Comment y résister à ces tables garnies
Où tout est fait à fond pour doper l’appétit 
La faim vient en mangeant, là ça se vérifie.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com