Madone.
Naît-elle d’un regard, d’un coup d’œil échangé 
Ou bien d’un simple geste que l’on a esquissé 
D’une parole aimable, d’une même pensée 
Cela reste un mystère, qu’importe elle est née.
Elle peut rester discrète à peine exprimée 
Ou devenir si forte qu’elle va s’imposer
Que dans les cœurs touchés elle va s’installer
Pour ne plus en sortir, quelles que soient les années.
Toujours elle va renaître entre ceux concernés 
Ils n’en sont plus les maîtres, elle va leur dicter 
Les actes qu’il faut faire pour leur complicité 
Et les mots qu’il faut dire pour bien la rallumer.
Mais oh combien elle blesse, lorsqu’elle est trahie
Car plus qu’une promesse, elle avait fait son lit
Au cœur de la confiance, qu’ont entre eux des amis
Et la blessure laisse de l’amertume aussi.
Le bien le plus précieux, vous diront bien des hommes
Bien plus que n’est l’amour, car quand elle se donne
C’est pour toute une vie, on n’en fait pas la somme
L’amitié pour cela est leur seule Madone.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com