Voir, mais quoi ?
Il contemple l'atome comme il fait molécule 
Son univers à lui il est si minuscule
Il est le plus savant du monde des fourmis
Celui qui connaît bien leur dimension mini.
De tous les animaux il comprend les langages
C'est bien là la mesure de son vrai paysage
Du peuple des humains il étudie les mœurs 
C'est de leurs relations qu'il apprend la teneur.
La voûte étoilée est sa seule passion
Au bout de sa lunette il n'en voit l'horizon
Voyager dans le vide n'est pas son illusion
Il la voit de là-haut notre incompréhension.
Quant à chacun de nous, nous tentons tous de vivre
Le nez dans le guidon alors qu'on se croit libre
Nous tirons des ficelles celles connues de tous
Nous ne voyons pas celles qui décident de tout.
Voyons-nous trop petit, ou trop loin ou trop court ?
Comment donc autant d'hommes demeurent-ils aveugles
Prisonniers de leur cercle, enfermés dans leurs cours
Pour ne pas voir leur sort à une bonne échelle ?
De tous ces univers l'un d'entre eux nous importe
Quel que soit notre lieu, quel que soit notre dieu
C'est celui donc aucun ne doit fermer la porte
C'est le monde où on vit, c'est la planète bleue.
Pierre-Jean BOUTET