19 décembre 2017

Jadis

  Jadis Sur la table il a vu, ouvert un très vieux livre Au fond de cette grotte par le temps oubliée  Il avait atterri sur la vieille planète  Dont on disait parfois qu’elle était paradis. Ses ancêtres comment avaient-ils bien pu vivre Dans ce désert brûlant par les vents balayé  La morsure du temps avait fait place nette On ne voyait plus rien de ce qu’elle fut jadis. Sous la poussière sèche qui l’avait préservé  Il pu lire des mots qui semblaient familiers De cette vieille langue qu’il... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2017

La roue du destin

  La roue du destin Le vieux sage est las, que pourrait-il nous dire Qu’il n’ait dit ou écrit tout au long de sa vie Aveux de ses erreurs et conseils d’expériences Déjà tous oubliés, noyés dans nos consciences. Mais que retenons-nous des leçons des anciens Sommes-nous donc si sûrs, du savoir qu’on détient ? Dans la course effrénée où nous sommes entraînés Si on tourne la tête on risque de tomber. Le sage a beau crier au loup, au précipice Nous avons consenti bien trop de sacrifices Pour nous arrêter là pour nous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 décembre 2017

Entends

Entends. Entends la longue plainte, est-ce le vent du nord ? Écoute la complainte qui sanglote dehors. Vas-tu ouvrir ta porte ou te fermer le cœur Comment tu te comportes devant un grand malheur ! Seras-tu plus heureux en demeurant si sourd Et en te protégeant des fracas tout autour ? Ou partageras-tu un peu ce que tu as La voix de ta conscience s'exprime-t-elle ou pas ? Si tu choisis quand même de rester dans ta bulle Prend garde qu'elle éclate, quel que soient tes calculs La planète est petite on a tous le même air ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 décembre 2017

Toutes les joies

Toutes les joies Parmi toutes ces joies que la vie m’a données Je veux en chérir une, est-ce que tu la connais ? On m’offrirait la lune, je la refuserais Le bonheur dont je parle, sans lui je ne serais. Le couloir du destin m’a ouvert une porte Où était ce trésor dedans sa chambre forte Attendait-il quelqu’un, pour que quelqu’un l’en sorte ? Ce quelqu’un ce fut moi pour le reste qu’importe ! A compter de ce jour plus besoin de soleil J’avais cette lumière, pour égayer mon cœur  Pour chasser les démons et écarter... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]