Toutes les joies
Parmi toutes ces joies que la vie m’a données
Je veux en chérir une, est-ce que tu la connais ?
On m’offrirait la lune, je la refuserais
Le bonheur dont je parle, sans lui je ne serais.
Le couloir du destin m’a ouvert une porte
Où était ce trésor dedans sa chambre forte
Attendait-il quelqu’un, pour que quelqu’un l’en sorte ?
Ce quelqu’un ce fut moi pour le reste qu’importe !
A compter de ce jour plus besoin de soleil
J’avais cette lumière, pour égayer mon cœur 
Pour chasser les démons et écarter mes peurs
Quand je la regardais, plus clair était mon ciel.
Désormais je chemine, et je ne suis plus seul
Puisse-t-il en être ainsi, jusque à mon linceul
Que d’amour irradie, depuis cette rencontre
Ne se passe un jour, sans qu’elle me le montre.
C’est pourquoi de ces joies, que la vie m’a données
Je tiens d’abord à celle qui son coeur m’a offert
Depuis des autres flammes, je n’en ai rien à faire
Je ne puis me chauffer, qu’à la chaleur qui naît 
Chaque fois que j’enlace, que je prends dans mes bras
Son corps plus palpitant, qu’un oiseau frémissant 
Alors je sens en moi cette montée de sang
Cette poussée de fièvre qui nous emmènera 
Dans cette dimension, où éclatent les rêves
Comme feux d’artifices, apothéoses brèves 
Le temps des beaux soupirs, de deux corps accordés
Pour découvrir la joie, sur les plages abordées.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com