14 décembre 2017

Soleil voilé

  Soleil voilé  Le soleil voilé éclaire l’horizon Jolie boulangère gâte un mitron La chanson légère égaie bien la rue Le sol poussiéreux rêve qu’il a plu. Le soleil voilé rêve qu’il a plu Jolie boulangère égaie bien la rue La chanson légère gâte un mitron Le sol poussiéreux éclaire l’horizon Le soleil voilé égaie bien la rue Jolie boulangère rêve qu’il a plu La chanson légère éclaire l’horizon Le sol poussiéreux gâte un mitron Le soleil voilé gâte un mitron Jolie boulangère éclaire l’horizon La... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 décembre 2017

Puisse vieillir la langue...

Puisse vieillir la langue. La langue vieillit-elle ou est ce son usage Qui avec les années nous fait sentir notre âge ? Elle se renouvelle est-ce bien sans dommages Devient-elle plus belle et nous un peu moins sages ? Je m'emploie tous les jours à caresser ses lignes À peaufiner mes mots à jouer de ses signes Il arrive parfois comme une joie insigne Que j'obtienne en retour un peu de votre estime. Certes je n'écris pas en mode SMS je veux bien que pour lui on dise quelques messes J'en use bien parfois cela je le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2017

Les yeux morts

  Les yeux morts Quand je vois les yeux morts de ces femmes qui parlent De ce qu’elles ont subi qui leur a fait si mal Je sais des animaux quel est le plus cruel Cela reste hélas l’homme, sera-ce éternel ? Quand se craquelle vite ce délicat vernis Que met l’éducation sur sa sauvagerie Il fait preuve alors de ses instincts vulgaires Qui se libèrent on sait quand autour c’est la guerre. Les femmes de tous temps ont été les victimes De ces débordements qui sont autant de crimes Cela faisait partie de la part de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2017

Cyclamens

  Cyclamens Les fleurs de cyclamen en cette fin d’automne Égayent un peu ces jours qui sont si monotones Au milieu de ce gris qui plombe tout autour Leurs couleurs sont plus gaies que la vie qui m’entoure. La saison a perdu cette robe de feu Il n’en reste que miettes de ci de là au mieux Le froid a pris le pas et a mis son empreinte Sa morsure est là et elle n’est pas feinte. Les tombes au cimetière sont encore fleuries Portant jolis bouquets sur leurs ombres de gris Les jardins sont déserts sous leur croûte de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]