Les yeux morts
Quand je vois les yeux morts de ces femmes qui parlent
De ce qu’elles ont subi qui leur a fait si mal
Je sais des animaux quel est le plus cruel
Cela reste hélas l’homme, sera-ce éternel ?
Quand se craquelle vite ce délicat vernis
Que met l’éducation sur sa sauvagerie
Il fait preuve alors de ses instincts vulgaires
Qui se libèrent on sait quand autour c’est la guerre.
Les femmes de tous temps ont été les victimes
De ces débordements qui sont autant de crimes
Cela faisait partie de la part de butin
Que prenaient les vainqueurs comme autant de putains.
On a franchi un cap pourtant dans notre époque 
Cela est devenu plus grave, ce qui choque
C’est qu’il est des tyrans qui en font profession
Qui en font même une arme de grande destruction.
Dévaster des familles, pour affaiblir croient-ils
Leur ennemi blessé dans ce qu’il a de cher
A travers ces pratiques si proches de l’enfer
Arriver à leurs buts, par toutes fins utiles.
Quand je vois les yeux morts de ces témoins poignants
Je ressens la colère et la honte en dedans
Quelle réparation pour ces êtres hagards ?
Il n’y a pas de pardon pour ces actes barbares.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com