Cyclamens
Les fleurs de cyclamen en cette fin d’automne
Égayent un peu ces jours qui sont si monotones
Au milieu de ce gris qui plombe tout autour
Leurs couleurs sont plus gaies que la vie qui m’entoure.
La saison a perdu cette robe de feu
Il n’en reste que miettes de ci de là au mieux
Le froid a pris le pas et a mis son empreinte
Sa morsure est là et elle n’est pas feinte.
Les tombes au cimetière sont encore fleuries
Portant jolis bouquets sur leurs ombres de gris
Les jardins sont déserts sous leur croûte de givre
La nature se meurt et pourtant elle veut vivre.
Aux toits les cheminées déploient quelques volutes
Ces voiles de fumées que produisent les poêles 
Où crépitent les bûches habillées des étoiles
Que font leurs étincelles avant qu’elles ne chutent.
J’ai au fond de mon âme et aussi de mon cœur 
Cette langueur douceâtre qu’apporte leur chaleur
Ainsi que cet ennui qui transpire dehors
Nature a les yeux clos et bientôt elle s’endort.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com