Goûter à la vie
Je puis bien comme tous célébrer les merveilles
Que donnent certains jours les couchers de soleil
Aussi tirer des larmes quand le coeur des amants
S’étiole comme une flamme dont le feu est absent.
Comme bien d’autres aussi tout habiller de gloire 
Tous ces vaillants héros qui mènent à la victoire
Bien sûr porter bien haut des valeurs admirables
Que tant de société foulent aux pieds sans morale.
Pourquoi ne pas chanter le ciel, la terre et la mer
De les voir s’abîmer combien ça rend amer
Raconter ces familles où se forgent les cœurs
Ces sources de malheur ou des plus grands bonheurs.
S’aventurer aussi dans cet extraordinaire
Lorsque la poésie tâte l’imaginaire
Qu’elle crée des pays comme on n’en voit jamais
Qu’elle invite aux rêves comme on peut les aimer.
Alors je dis tout ça et pourtant plus encore
Je dis mon grand effroi de ce temps qui s’écoule 
De voir tout disparaître et que mes larmes coulent
Devant tous les destins que le fleuve emporte.
Je conte bien aussi tous ces menus plaisirs
Que dans la vie on glane dans de brèves minutes
Je dis combien je crois qu’il n’y a d’autre but
Que celui de goûter à ce qu’elle peut offrir.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com