D’une autre façon 
Tu te mets en vitrine comme jolie poupée
De fard et de vernis tu t’es bien apprêtée
Afin de ressembler aux rêves artificiels
De coller à l’image de leurs désirs charnels.
Tes lèvres soulignées d’une touche de Gloss
Pour séduire ces hommes qui se voudraient des boss,
Finir entre les mains de ces tristes pantins
Comme une marionnette qui se débat en vain.
Crois-tu qu’est carapace cette apparence
Qu’elle te protègera murée dans ton silence
Ce n’est pas une autre que tu abandonnes
C’est toujours bien toi, celle qui là se donne.
Tes rêves de princesse ont viré cauchemars
Plus de princes charmants rien que des traquenards
Pas de bouquets de fleurs, des billets pour des pleurs
Des sourires enjôleurs, mais que du faux bonheur.
Sur des talons aiguilles tu promènes ton corps
Offert comme en vitrine couvert de strass et d’or
Tu crois être ailleurs n’être qu’un beau décor 
Tu crois le protéger ton coeur comme un trésor.
Prise au piège tentant d’une vie plus facile
Sans plus réaliser combien c’est humiliant
D’être une pacotille pour quelques brefs instants
Dans des mains avides et souvent malhabiles.
Peut être n’as tu eu d’autre choix que te perdre
Je ne te juge pas, je ne puis me permettre
Qui pourrait donc prétendre n’avoir fait concession
De ses rêves d’enfant mais d’une autre façon ?
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com