15 novembre 2017

Men are not changing..

Men are not changing L’homme on le sait bien que le monde il transforme Mais las on sait aussi qu’il ne change pas l’homme Lorsqu’il sera bientôt devenu étranger C’est le monde bien sûr qui devra le changer. Cet enfant dévoyé, cet apprenti sorcier Qui se prend pour un dieu alors qu’il n’est qu’un homme Cet esprit curieux, dominé par ses démons  La branche où il est, il s’échine à scier. Il est écartelé entre ses deux côtés  En monstre il se plaît, un ange il peut être  Il agit trop hélas pire qu’une... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2017

Au dessus de Jujol

Au dessus de Jujol Un sentier de cailloux qui monte en serpentin Au milieu des ajoncs et des touffes de thym Qui s’en va à l’assaut des alpages très loin Une draille perdue au dessus des jardins De ce petit village blotti dans son coteau D’où partaient autrefois le dit-on des troupeaux De brebis et d’agneaux talonnés par ces chiens Qui en sont à la fois les guides et les gardiens. Des bâtisses ruinées faites de pierre sèches  Anciennes bergeries à présent dans la dèche  Parsèment ce parcours maintenant... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 novembre 2017

...une fois...

  ....une fois... Comme j’aimais ces mots «  il était une fois... » Lorsque j’étais marmot ils mettaient en émoi  Mon tout jeune cerveau qui alors prêtait foi À ces contes si beaux pleins de rêves et d’effrois. Ils mêlaient le possible avec l’invraisemblable Les dragons et les elfes avec nos semblables Comme ils m’emportaient dans leurs folles histoires Et m’ouvraient des chemins vers la peur et l’espoir. Je m’y laissais porter par l’imagination Les formes et les décors alors nous inventions À partir... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 novembre 2017

Autre monde

  Autre monde Qui n’a vu de ces femmes légères et élégantes Qui croisent nos chemins comme des atalantes La tête bien levée et le pas élancé  Combien elles nous semblent hors de notre portée. Il est de ces déesses qui vivent près de nous L’espoir que l’on caresse est sans doute trop fou Que leurs yeux elles abaissent sur ces pauvres de nous Mais nous n’avons de cesse d’espérer malgré tout. Où est donc cet Olympe d’où elles viennent où elles vont ? Nous jamais on n’y grimpe tout en haut de ce mont On est là... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2017

Du vent dans les branches

  Du vent dans les branches Je le vois frémissant sous les coups de boutoir Des bourrasques du vent qui viennent l’émouvoir  Il agite ses branches comme des S.O.S. Le bouleau qui résiste sans que rien ne le blesse. J’aperçois son feuillage parcouru de frissons Et sa tête au sommet courbée sous l’agression Le voilà qui s’ébroue comme un peu agacé  Par les sautes du vent qui peuvent le frapper. C’est un jeu auquel jouent tous les vents et les arbres Depuis l’aube des temps comme doigts sur la harpe ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2017

N’en perdre aucune miette

  N’en perdre aucune miette Comme beaucoup de ceux qui atteignent mon âge  Existe-t-il pour moi de nouvelles pages Pour écrire ma vie en dehors de la cage Où le temps a inscrit les voies où je m’engage ? Si j’avais à vingt ans eu cette connaissance Eu de ma vie vécue la même expérience  Quels choix aurai-je faits pour orienter ma vie Aurai-je éprouvé alors les mêmes envies ? Lorsque j’étais plus jeune j’avais tant de questions Existaient lors pour moi tant d’interrogations Pour savoir quels chemins ou... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2017

Mais qu’en restera-t-il ?

  Mais qu’en restera-t-il ? De tout ce que je vois mais qu’en restera-t-il, Des cheminées d’usine ou de ce Monoprix ? Peut-être la montagne aux crêtes enneigées  Mais même la rivière elle peut s’assécher. Dans ce temps de nos vies où rien n’est immuable Sauf parfois le décor quand il n’est pas de sable Nous voudrions retenir et figer pour toujours Tout ce que nous aimons mais ainsi va l’amour. Nous sommes des bouchons ballotés par le fleuve Comment pourrions-nous donc nous fixer un moment Alors que nous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 06:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2017

C’est tous les jours dimanche

  C’est tous les jours dimanche Pour moi en ce moment c’est tous les jours dimanche Je n’ai pas comme avant à retrousser mes manches Il n’y a plus de lundi, quelle douce revanche C’est moi qui maintenant mes pauses je déclenche. Redevenu le maître de mon calendrier Plus aucun agenda pour que faire me dicter Je regarde l’horloge avec aménité  Elle ne me dit plus que je dois me presser. Je sais que c’est le temps qui a les clefs de ma vie Mais du temps qui me reste, c’est bien moi qui ai pris La gouverne... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2017

Du Père Bise à Jean Sulpice

  Du Père Bise à Jean Sulpice Il est des reportages rempli d’inspiration Sur à travers les âges une vieille maison Il nous conte une histoire très forte en émotions  Celle d’un cuisinier porté par sa passion, Qui a mis tout son coeur dans la belle aventure Donner à un vieux nom nouvelle devanture On le sent si sincère le grand chef Jean Sulpice Celui qui sait toujours si bien les mettre au supplice  Les papilles et les yeux de tous les fins gourmets Qui trouvent des délices dans les œuvres qu’il fait. ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2017

Lisse

Lisse Lisse comme un miroir te semble la surface De tes pensées qui flottent comme un bouchon au vent Pourtant moi je le sais ne tiennent plus en place Les désirs qui bouillonnent dans ton corps de sarment. Tu joues à l’homme sage, je connais tes tourments Derrière ce paysage, derrière ce paravent Se cachent tes envies et ces peurs qui te rongent Tu veux les ignorer mais tu es leur éponge. Qui n’a pas ce visage qu’on le dirait sculpté  Dans l’impassible marbre de la sérénité  Mais ce coeur lui qui bat dans... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]