Dans le marbre
Faut-il les préserver des horreurs de ce monde
Tous les petits enfants les laisser à leurs rondes ?
Seront-ils préparés à affronter la vie
Lorsqu’ils se rendront compte qu’on leur a tant menti ?
Faut-il considérer qu’il n’y a que l’enfance
Qui offre un terrain pour vivre l’insouciance
Que nous n’avons en fait qu’un seul vrai paradis
Avec ces années où on nous a rien dit ?
Les anciens m’auraient dit, tu as mangé ton pain blanc
Il n’est si savoureux las celui qui t’attend
As tu bien apprécié d’avoir été enfant
Ce monde n’est pas fait pour des gens innocents.
Quels seront donc demain les plus forts survivants
Seront-ce ces enfants rois, enfants de l’occident ?
Ou seront-ils plus forts ceux qui ont connu la mort
Et compris bien trop tôt que survivre est effort ?
Les uns auront connu l’abondance et les sciences
Les autres la misère vécue dans la violence
Quels seront après ça ceux qui auront conscience
Que quelle que soit l’enfance, la vie est en balance ?
Que pourront ces adultes issus d’autres enfances
Élevées dans l’amour mais aussi la conscience
Que l’on est pour toujours, à jamais responsables
Dès lors que l’on est né de ce qui est sur la table ?
Dis moi quel est le fruit, je devinerai l’arbre
La dure vérité est gravée dans le marbre.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com