Le nid
Où est-il ce refuge, à l’abri du mauvais
Là où tout est si calme que l’on peut y trouver
La paix dite de l’âme et un peu se poser
Loin de tout le tumulte par la vie imposé ?
C’est souvent qu’on y pense, c’est fréquent qu’on en rêve 
Comme la douce plage où coucher sur la grève 
Son coeur bien trop meurtri et son âme inquiète 
Dans un lâche abandon après la longue quête.
Au moins existe-t-il un endroit préservé 
Où voir notre innocence pleinement conservée 
Où il ne faut se battre pour seulement survivre
Où il n’y ait d’autres mots que l’amour et le rire ?
On peut l’imaginer comme font les poètes 
Ou bien le dessiner à l’image des peintres
Il a le même nom de paradis céleste 
Toujours inaccessible en dépit de nos gestes.
Nous n’avons d’autre choix que tenter de construire
Cet endroit d’exception où notre espoir peut bruire
Cette bulle cachée a tous les yeux hostiles
Venir s’y réfugier quand c’est trop difficile.
C’est plus facile à deux de partager ce nid
De venir s’y blottir dans les bras l’un de l’autre
De créer cet espace où seuls nous sommes admis
Où l’on peut s’évader l’un dans les yeux de l’autre.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com