15 novembre 2017

À quoi bon ?

  À quoi bon ? Pourquoi se démener et pourquoi donc se battre Lorsqu’on est impuissant à pouvoir tout changer Pourquoi avoir souci des hommes ou des arbres Quand on ne peut les soustraire aux dangers ? Alors ils sont nombreux après moi le déluge  Ceux qui sont convaincus qu’ils ne sont pas des juges Qu’il ne leur appartient au fond de s’engager Que pour leur propre cause, pas pour des étrangers. Ils se disent sans doute que le temps de leurs vies Les choses resteront à niveau supportable Qu’il pourront... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2017

Men are not changing..

Men are not changing L’homme on le sait bien que le monde il transforme Mais las on sait aussi qu’il ne change pas l’homme Lorsqu’il sera bientôt devenu étranger C’est le monde bien sûr qui devra le changer. Cet enfant dévoyé, cet apprenti sorcier Qui se prend pour un dieu alors qu’il n’est qu’un homme Cet esprit curieux, dominé par ses démons  La branche où il est, il s’échine à scier. Il est écartelé entre ses deux côtés  En monstre il se plaît, un ange il peut être  Il agit trop hélas pire qu’une... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 novembre 2017

Au dessus de Jujol

Au dessus de Jujol Un sentier de cailloux qui monte en serpentin Au milieu des ajoncs et des touffes de thym Qui s’en va à l’assaut des alpages très loin Une draille perdue au dessus des jardins De ce petit village blotti dans son coteau D’où partaient autrefois le dit-on des troupeaux De brebis et d’agneaux talonnés par ces chiens Qui en sont à la fois les guides et les gardiens. Des bâtisses ruinées faites de pierre sèches  Anciennes bergeries à présent dans la dèche  Parsèment ce parcours maintenant... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 novembre 2017

...une fois...

  ....une fois... Comme j’aimais ces mots «  il était une fois... » Lorsque j’étais marmot ils mettaient en émoi  Mon tout jeune cerveau qui alors prêtait foi À ces contes si beaux pleins de rêves et d’effrois. Ils mêlaient le possible avec l’invraisemblable Les dragons et les elfes avec nos semblables Comme ils m’emportaient dans leurs folles histoires Et m’ouvraient des chemins vers la peur et l’espoir. Je m’y laissais porter par l’imagination Les formes et les décors alors nous inventions À partir... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]