Je ris
À gorge déployée il m'arrive aussi 
De rire haut et fort et sans autre souci
Que cette hilarité qui me fait tant de bien
Qui me permet de plus, de ne penser à rien.
Mais souvent j'ai un rire qui est las plus amer
Dans ce que je peux lire, dans ce que je peux voir
Dans la vie aujourd'hui il y a tant de tiroirs
Qui à peine ouverts déclenchent la colère.
À voir les invectives que se lancent les gens
Ouïr celles que disent aussi leurs dirigeants
Voir tant de trouble-fêtes se tromper de combat
Quand il a tant à faire pour œuvrer ici bas,
Oui souvent je ris jaune de leur stupidité 
Si ce n'était tragique combien ce serait drôle 
Pourtant jouer les clowns ce n'est certes leur rôle 
Mais que peut-on faire contre l'avidité ?
C'est encore de moi même que je ris le plus fort
À voir la vanité de mes pauvres efforts 
Comme si tous ces mots qui sortent de ma tête 
Pouvaient n'être pas pris pour autant de sornettes.
Pierre-Jean BOUTET