Petit jour
Dans le ciel qui pâlit à l'approche de l'aube
Se détachent les pics aux silhouettes sombres
Très bientôt la lumière va dissiper les ombres
Dessinant ses promesses sur leur nouvelle robe.
Une à une s'éteignent sur la voûte étoilée 
Ces lampions que la nuit aime à dévoiler 
Seule résiste orgueilleuse la lune argentée 
Par le jour qui se lève elle sera mangée.
Sur le lac immobile se reflètent discrets
Les reliefs intangibles, les forêts et les crêts 
Puis voila que tout change très vite et par degrés 
Au fur et à mesure que l'astre va monter.
C'est l'heure où les biches vont parfois s'abreuver
Celle où les humains sont pour beaucoup couchés 
Elles dressent leurs oreilles inquiètes et aux aguets
Puis se fondent discrètes dans les premiers fourrés.
Derrière la fenêtre du refuge isolé 
Je demeure assis pour mieux les contempler
En communion subtile avec la beauté 
Que m'offre la nature dans sa simplicité.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com