Une vieille chanson
Comme une chanson qu'on a au bord des lèvres 
J'entends ce jour des sons qui me donnent la fièvre 
C'est la révolution qui rassemble ses frères 
Pour cette indépendance que tant de gens espèrent.
Comment ne pas entendre la vive aspiration
De tout un peuple qui vibre pour elle à l'unisson
Mais dans l'état de droit personne n'a le droit
De décider tout seul de ce que faire il doit.
La fière Catalogne ivre de liberté 
Depuis des siècles en quête de son indépendance 
Se heurte aujourd'hui à l'Espagne entêtée 
Qui ne veut perdre là sa corne d'abondance.
S'agitent des drapeaux, et tant de cris qu'on lance
Chacun se réclamant de son appartenance
L'Espagne d'un côté, grande démocratie
La Catalogne veut en être une aussi.
Comment prendre parti au milieu des passions
Faut-il entendre aussi la voix de la raison
Dans un monde complexe n'est-on pas bien plus fort
À vivre bien ensemble qu'à ruminer ses torts ?
J'ai juste au bord des lèvres une vieille chanson
De celle qui appelait à la raison naguère 
Sans doute vaut-il mieux une négociation
Pour trouver une issue plus juste que la guerre.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com