La lumière de tes yeux
Toute une vie passée à chercher la lumière 
Par des hommes courbés murmurant des prières 
Celle qu'on dit divine qui fait des coeurs de pierre
De vraies sources d'amour qui abreuvent leurs frères.
Une vie de labeur à étudier les sciences 
Dans l'espoir de trouver nouvelles connaissances
D'avoir révélation ou soudaine conscience
D'une nouvelle voie de progrès et croissance.
Un travail minutieux pour cerner la matière 
Pour peindre ou pour sculpter de diverses manières
Et un jour oh miracle voir jaillir la lumière 
Dans une oeuvre surgie au bout de nuits de fièvre.
Je n'ai moi pour ma part, suivi aucune voie
Je n'avais pour cela d'autre besoin que toi
C'est au fond de tes yeux que j'ai vu ma lumière 
La chaleur de leur feu la rend si singulière.
Je garde ce secret, le partager j'évite 
Il suffit à ma vie, à la combler de joie
Si je lève un coin du voile qui l'abrite
C'est que ce feu je sais, ne brille que pour moi.
Pierre-Jean BOUTET