Ravages
Les fleurs hier superbes à présent piétinées 
Et leurs mille fragrances tout autour dispersées 
Le champ était splendide sous le soleil d'été 
Il semble bien sordide maintenant ravagé 
Foulé par mille pieds, foules désordonnées 
De ces gens qui fuyaient cette mort à leurs trousses
La beauté ne se voit quand on a cette frousse
Que ne compte d'abord que de fuir le danger.
Tant d'années pour fleurir avec amour la terre
Si peu pour condamner et tout mettre à terre
Tant d'années pour bâtir et pour vivre en paix
Si court hélas le temps pour détruire et tuer.
Pour d'un petit enfant faire un jour un homme
Il faut être patient, donner d'amour des tonnes
Mais pour faire de lui un animal sauvage
Cela est très facile faut l'inonder de rage.
Comme il est facile de briser l'équilibre 
Le fruit de tant d'années et de patients efforts
L'avenir se construit si les hommes sont libres
Et aussi à l'abri de la loi du plus fort.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canal long.com