Je porte plainte
Hier je me suis mordu alors j'ai porté plainte
De quel droit après tout me suis agressé
C'est ma joue qui plus est qui se trouve blessée 
Par mes dents acérées la morsure n'est feinte.
Pourtant je me tenais confiant en moi même 
Comme à l'habitude car je sais que je m'aime
Lors je ne comprends pas que ma bouche traîtresse
Ai pris à pleines dents pauvre joue qui paresse.
Déjà il y a quelques jours dans un geste sournois 
Je m'étais enfoncé le sternum sur un pieu
Je faisais un effort pour l'enfoncer un peu
Quand je me suis jeté droit sur ce bout de bois.
J'ai cru alors c'est vrai à une maladresse
Non à une violence faite à mon adresse
Mais j'en viens aujourd'hui je l'avoue à douter
Depuis de moi même j'en viens à redouter
Demain de faire pire, peut être je me lance
Au volant, en voiture dans un ravin profond
Qu'est-ce donc qui m'assure vraiment au fond
Que je m'aime assez pour me faire confiance ? 
Pierre-Jean BOUTET