Promenade à vélo 
Je regarde devant bien au loin de ma roue
Pour éviter racines, les cailloux et les trous
Je suis bien concentré pour guider ma machine
Ce n'est pas si aisé que certains l'imaginent.
Juché sur mon vélo dans des sentiers ardus
Je fournis des efforts parfois inattendus
Récompensé je suis quand la côte est vaincue
Je me réjouis alors tout là-haut de la vue.
Apres les premiers temps où la peine est grande
Vient aussi le moment où le plaisir arrive
À tel point que souvent alors j'en redemande
La souffrance recule et la joie devient vive.
Combien est agréable alors de partager
Avec quelques amis des émotions très pures
Comme se retrouver devant une nature
Plus belle qu'on pourrait bien se l'imaginer.
Le corps est l'animal qu'il nous faut promener
S'il reste immobile il va fort s'empâter 
Quand la chair est comblée l'esprit est à la fête 
Ils peuvent vivre alors leur meilleur tête-à-tête.
Pierre-Jean BOUTET