Le réveil sera dur
Dormez, dormez encore et faites de beaux rêves 
Et ne vous réveillez, gardez l'esprit en grève 
Allez, fermez les yeux c'est là votre manière 
De garder l'illusion qu'elle va bien la terre.
Pourtant elle crie fort, ne l'entendez-vous pas ?
Ce n'est faute pour elle de faire du fracas
Comprenez son langage car il est de colère 
Vous voir aveugles et sourds, lors elle désespère.
Combien de tsunamis, de tremblements de terre
Combien donc de cyclones, combien de sécheresses 
Ou de glaciers perdus pour voir comme on la blesse ? 
Combien d'îles englouties pour saisir sa détresse ?
Vous êtes ainsi faits que vous ne voyez rien
Sauf quand il est trop tard, que sont perdus vos biens
Devant les catastrophes vous êtes désarmés 
Mais vous niez encore la part que vous prenez.
Pauvres êtres éphémères vous n'avez pas notion
Que le temps de la terre est un temps bien plus long
Que celui de vos vies battements de paupières 
Qui par vos actes vont tout droit au calvaire.
Dormez, dormez toujours et faites de beaux rêves 
Le réveil sera dur, vous n'aurez pas de trêve 
Vous aurez des regrets combien ils seront vains
C'est avant qu'il fallait mieux penser à demain.
Pierre-Jean BOUTET