Conjugaison 
Un message envoyé, un message reçu 
Par ces voies à présent oh combien reconnues
Sans même réfléchir, comme du tac au tac
On sort ce qui vous vient, comme jailli du sac.
Où sont ces longues lettres sur lesquelles on traînait
Que ce soit pour écrire ou pour les déguster 
Tous ces mots bien choisis comme reflets de l'âme 
Par des plumes agiles, acérées comme lames.
Où est passée l'attente de la lettre espérée 
Où est passé l'espoir de celle de l'aimée 
Quand des larmes troublaient les pleins et déliés 
Quand le coeur dans les lignes pouvait lors se livrer ?
Aujourd'hui tout va vite, on veut l'instantané 
Si tu m'aimes, je t'aime, allons vite flirter
Je te prends, tu me jettes, produit à consommer
Plus de temps pour penser ou même hésiter.
Envolés les obstacles à la chair convoitée 
Les corps se mettent à nus, ils sont bien libérés 
Plus de chape de plomb sur les accords nature
La société enfin est devenue mature.
Mais les coeurs dans tout ça ne sont-ils pris de court
N'y avait-il avantage à faire un peu sa cour ?
Le temps de se connaître de se comprendre un peu
Laisser un amour naître et tomber amoureux.
Car conjuguer deux corps cela n'est pas sorcier
Pas besoin de leçon car la nature sait
Mais conjuguer deux coeurs autour du verbe aimer
C'est un art qui demande un peu de patienter.
Pierre-Jean BOUTET