02 septembre 2017

Joyeux

  Joyeux La pluie tombe sur moi, je la sens même pas Elle peut me tremper jusqu'aux os si elle veut En moi il fait si chaud et l'eau de mes cheveux Coule sur mon visage, mais je ne pleure pas. J'entends le carillon au clocher de l'église  Et le son du violon du clochard qui mendie J'ai reçu ce matin un petit mot d'Elise Me donnant rendez-vous ce tout prochain mardi. Mon coeur fait de grands bonds au fond de ma poitrine À la seule pensée de notre tête à tête  Je suis si impatient de voir enfin ma... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 septembre 2017

Game error

Game error. L'avez-vous entendu le tocsin au lointain Qui depuis quelques temps fait comme un refrain Vous êtes-vous un instant demandés Pourquoi ou bien pour qui, il pouvait bien sonner ? Depuis longtemps déjà que vous marchez sans voir Que vous vivez si sourds aux cris de désespoir  Que vous croyez tous être à l'abri des malheurs  Qui frappent tant de gens, mais bien sûr c'est ailleurs. Mais ils frappent à vos portes et ils vont les franchir À présent ça importe, car vos yeux vont s'ouvrir C'est enfin face... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 septembre 2017

Entre deux

  Entre deux Je me tiens à cheval sur la grande frontière  Un pied bien arrimé au sable de la plage  Un autre est dans l'eau froide comme la pierre J'hésite entre deux bords, entre deux messages. Comme à califourchon d'un côté est le vide De l'autre la lumière dont la vie est avide Ou sur la balançoire oscillant sans cesser À l'avant le possible, à l'arrière le fossé. Pris entre deux humeurs dont l'une est si sombre Tandis que le plaisir sur l'autre jette une ombre Comment tout ce bonheur dont je jouis... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 septembre 2017

Le dernier chant

  Le dernier chant Je dois chanter la vie avant qu'il soit trop tard Joignez-vous tous à moi, chassons les cauchemars Que tous nos cris de joie dissipent les brouillards Pour nous dire amis, devenons très bavards. Je dois dire tout haut que la vie est miracle Je dois vous inviter à goûter le spectacle  Peut être que je suis comme un dernier oracle Qui invite les hommes à haïr la débâcle. Je dois hisser très haut le drapeau de l'espoir Marcher tous avec moi, pour obtenir victoire Pour dire combien sont vains... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]