30 août 2017

Noyés

Noyés  Tous ces mots sont pollution qui se déverse  Pour des choses si diverses, en averse Des mots inutiles dits en pure perte Noyant tout sous eux, la beauté et l'alerte. Dans le but d'exister que ne dirait-on pas Mais à quoi bon crier, si on vous entend pas ? Il faudrait le tamis de quelque orpailleur Pour trouver des pépites, y en a-t-il d'ailleurs ? Je suis las il est vrai de cette logorrhée  Plus ça va, plus j'écris moins je lis le courrier Hormis ces quelques pages sur lesquelles trouver Encore... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 août 2017

Sans toi

  Sans toi Mon cœur est gris comme le ciel J'ai dans la gorge un goût de fiel Et dans mon corps partout j'ai mal Pris au piège comme animal. Amertume et coup d'enclume Ce que j'ai appris le résume J'ai tout perdu je le présume  Plus de lumière qui s'allume. Moi qui vivais sur un nuage Un amour que je pensais sage Toi tu vivais comme en cage Je n'en ai pas vu les présages. Ce matin notre lit est vide Je suis devant le teint livide Tu es partie sans rien me dire Et je suis là à me maudire. Mon âme... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 août 2017

Humus

Humus Sur la souche qui reste de l'arbre renversé  Dans l'humus tout contre elle qui s'est accumulé  A surgi une touffe aux chapeaux colorés  À la couleur flambante de champignons dorés. Comme si la palette d'un peintre un peu distrait Avait laissé couler un tube renversé  Dans les verts et marrons aux teintes un peu fanées  On voit cette lumière qui semble irradier. Dans le sous bois obscur où fusent des rayons Qui tracent des chemins de fines poussières  Dans l'humidité qui imprègne... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 août 2017

Vis au présent

  Vis au présent  Sais-tu j'ai certains jours le coeur gonflé d'espoir Tant je veux croire alors de triompher du noir, Tant il me semble que vaincra la lumière  Et qu'elle éclairera l'humanité entière. Hélas mon cher ami ces moments sont plus rares Car de lueurs d'espoirs les temps sont plus avares, Je vois bien tous les jours les mauvaises nouvelles Étouffer l'éclaircie que de mes vœux j'appelle. Vois-tu ne servent à rien les prophéties cruelles L'homme ne les entend, il ne veut croire en elles Lors... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]