26 août 2017

Merveille

Merveille Une peau satinée comme un velours de pêche  Un sourire à la voir qui allume la mèche  Un éclat dans ses yeux dont la lueur m'allèche Que dire de ses cheveux tant j'ai les lèvres sèches  Au dos une cambrure pas pour robe de bure Des gestes si gracieux à fendre mon armure Un pas très naturel qui a fort belle allure Cesser de l'admirer me serait bien trop dur. Une voix dont le timbre n'appartient qu'à un ange Des paroles sincères étrangères aux mélanges  Son envie de tout vivre en rien ne me... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 22:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 août 2017

Un appel

Un appel À l'appel de sa voix Je ne reste de bois Cela me prend aux tripes Il faut que je m'agrippe. Le sens de ses paroles Nous rappelle son rôle  Que de nous réveiller  Quand on n'est aux aguets. Elle sait les combats Qu'on mène ici-bas Pour en jouir quand elle manque Elle ne se met en banque. Elle connaît l'histoire Que les heures de gloire  N'ouvre pas forcément  Son chemin pour autant. Elle brandit bien haut Son grand et fier drapeau Quand on l'a dans la peau On est lors son... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 août 2017

Insaisissable

  Insaisissable L'eau est comme nos vies, elle revêt mille formes Il y a celle qu'on boit et qui répond aux normes  Celle où l'on se baigne, pourvu qu'elle soit chaude Celle qu'on vous envoie en simple chiquenaude, Celle qui est glacée comme un jour de décembre  Celle qui s'évapore comme un rêve qui tremble Celle où l'on patine parfois à reculons  Celle qui vous emporte en débâcle au fond, L'eau se montre changeante comme l'est notre humeur Elle dévale violente et avec plein d'ardeur Où elle coule... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 août 2017

Quand la lumière est crue...

Quand la lumière est crue... Quand la lumière est crue, je m'invente des ombres Quand c'est l'ennui qui tue, je n'en compte le nombre Quand la vie est trop nue, je l'habille de sombre Quand la guerre tout tue, je veux fuir les décombres, Quand le noir me saisit, je rêve en solitaire Quand l'ami me trahit, je ne suis en colère  Quand violence est ici, je franchis la barrière  Quand un amour s'enfuit, je me laisse distraire. Toujours en décalage avec réalité  Bien parti en voyage c'est ma vérité  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]