Que tu me dises oui
J'ai chevauché les vagues comme à l'égal des dieux
Car souvent je divague en regardant tes yeux
J'ai plongé dans des gouffres de lave bouillonnante
Car j'avoue je me noie dans ta bouche gourmande
J'ai frissonné aux vents violents des alizés 
Quand je vois de tes reins la ligne se briser
J'ai rêvé de voyages en pays interdits
Quand je pense à toi et à tous les non-dits.
J'en ai perdu la tête dans de sombres forêts 
Quand tes cheveux s'envolent au gré des giboulées 
J'ai souffert mille morts et tortures inouïes
Espérant mais en vain que tu me dises oui.
Je vis des cauchemars entrecoupés d'espoir
Lorsque tu me souris comme ce dernier soir
Je fais voiles encore vers ce merveilleux port
Où je sais bien qu'un jour j'aurai tous mes remords.
Pierre-Jean BOUTET