08 août 2017

Impasses

  Impasses En quoi pourrais-je me plaindre En noir quoi pourrais-je peindre Tout ne m'a-t-il été donné  Sans que j'ai eu à demander ? Pourtant je suis insatisfait  Le sourire aux lèvres je n'ai Dans un pays riche suis né Et rien je n'y trouve parfait. J'ai bien le droit de me plaindre Par le mal qui peut m'atteindre Rien ne m'a été facile J'ai une vie si fragile Pourtant je me bats tous les jours  J'ai le sourire et plein d'amour Mon pays pauvre a besoin Pour s'en sortir de mes deux mains. ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2017

Absent

Absent Prenez moi dans vos bras et serrez moi très fort J'ai besoin de sentir que je ne suis pas mort Je n'ai pas vu d'humain depuis bien des années  Je ne me souviens plus de ce bien que ça fait. Enfermé pour trente ans, sorti de ma cellule Le monde est si grand en dehors de ma bulle Condamné y a longtemps à finir au cachot Je ne connais plus rien, tout me semble nouveau. Suis-je encore un humain vous seul pouvez le dire Je n'ai moi pas de mot et je ne sais plus rire Je ne vous dirai pas tout ce que j'ai du... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2017

Double jeu

Double jeu Grandgousier par devant et suppôt de Satan Grand cracheur de jurons, et rotant et pétant, Grenouille par derrière de bénitier prêchant  Confit en dévotion, au ciel les yeux levant, Qui pourrait de douter de ce double visage En voyant l'un ou l'autre dans respectif ramage Mais est-ce un costume qui ne serait qu'emprunt Ou est-ce le bonhomme qu'on trouve dans chacun ? Si l'exemple choisi est bien caricature À des degrés divers c'est dans notre nature Que d'être au gré des temps de vrais caméléons  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2017

Mes amis les mots

Mes amis les mots Pourrait-il arriver que soudain ils me manquent Que je ne trouve plus celui là qu'il me faut Serait-il donc possible qu'un seul jour par défaut  Je n'en puisse sortir même un seul de la banque ? Faites Dieu que jamais je ne me trouve à court Ce n'est que lorsqu'ils coulent que je me sens vivant Ce n'est que quand ils parlent que je me sens présent  Sans eux ne trouve goût à la fuite des jours. Ils sont comme une pâte que je peux modeler Ou comme une musique que je veux fredonner Comme aussi... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]