Le jeu des apparences
Au jeu des apparences nous sommes tous des dupes
La belle enveloppe comme elle nous abuse
Quel que soit le bon sens dont chacun dit qu'il use
Aux haillons déchirés, préférons belles jupes.
Une mine avenante et des traits réguliers
Nous mettent en confiance ce n'est pas singulier
Un visage ingrat, des cheveux négligés 
Voila que l'on s'écarte de ce pestiféré.
Tous bien que prévenus nous tombons dans son piège 
Car la beauté du diable en nous tout désagrège 
Tant est la séduction que sur nous elle exerce
Nous oublions trop vite ce pourquoi elle nous berce.
Alors qu'il est des âmes délicates et tendres
Sous de fâcheux aspects, de viles carapaces
Que dans nos préjugés nous ne savons surprendre
Pris dans ce jeu truqué, nous n'en avons l'audace.
J'admire ces parents qui restent chaleureux
Envers ce pauvre enfant qui n'est pas dans la norme
Que le sort a frappé mais qui demeure un homme
Qui mérite aussi d'être aimé et heureux.
Sachons tous surmonter ces réflexes imbéciles
Qui nous font s'écarter de ceux qu'on dit débiles 
Ils gardent au fond d'eux le même besoin d'amour
Que nous avons chacun, qui avons vu le jour.
Au jeu des apparences ne soyons pas naïfs 
Tant mieux si l'enveloppe a nature à nous plaire
Mais voyons au delà qu'elle est l'âme derrière 
À ses moindres signaux demeurons attentifs.
Pierre-Jean BOUTET